Index

8.2 Un dénominateur commun

En regard des activités réservées à l’ingénieur par la Loi sur les ingénieurs, une personne qui n’est pas inscrite au tableau de l’Ordre à titre d’ingénieur ne peut poser les actes ou gestes liés à de tels projets d’ingénierie de façon autonome. C’est le cas de tous ceux qui sont embauchés pour occuper des postes permanents ou temporaires en génie au Québec ou qui sont à leur compte, tels que :

  • les étudiants en génie qui effectuent des stages en entreprise ou qui occupent un emploi d’été;
  • les diplômés en génie du Québec qui ne sont pas encore membres de l’Ordre;
  • les professionnels formés à l’étranger sans être membres de l’Ordre, peu importe leur niveau d’expérience;
  • les ingénieurs juniors et les ingénieurs stagiaires, même s’ils sont effectivement membres de l’Ordre;
  • toute autre personne (technologue, technicien, concepteur, etc.) amenée à réaliser certaines activités d’ingénierie sans être ingénieur.

Toutes ces personnes sont des non-ingénieurs et donc astreintes aux mêmes obligations quant à l’encadrement qu’ils doivent exiger et recevoir de leur employeur. C’est dire que durant un stage en entreprise comme étudiant, puis en recherche d’emploi à la fin des études, ces personnes requerront un encadrement qui soit conforme. Si elles sont déjà à l’emploi, l’ingénieur, voire l’employeur, doit s’assurer que la Loi sur les ingénieurs est respectée à cet égard. C’est important! De plus, le permis d’ingénieur est en jeu. Tel est d’ailleurs le message que communique l’Ordre aux personnes qui convoitent le permis d’ingénieur.