Index

6.1 Évaluation du juniorat – Faites vos preuves

Au terme de votre juniorat, le permis d’ingénieur est à portée de main, mais l’évaluation que fera de vous votre superviseur est importante dans la décision finale de l’Ordre.

Ingénieur

À quel genre d’évaluation faut-il vous attendre? L’ingénieur junior devra remplir et remettre à l’Ordre un formulaire faisant état de ses expériences en génie. Il n’y a pas d’évaluation formelle par l’Ordre en cours de route. L’ingénieur qui supervise le travail doit également intervenir en faisant connaître son appréciation et en signant le document.

« L’évaluation prend la forme d’échanges, en revenant sur le travail effectué par l’ingénieur junior, explique Éric Pinard, ing., directeur de projets chez SNC-Lavalin. En travaillant sur des projets, vous apprendrez à faire le pont entre l’école et le marché du travail et à parfaire vos connaissances. Vous prendrez conscience de vos limites et corrigerez le tir. Au fur et à mesure que vous acquerrez de l’expérience, vos tâches se complexifieront. »

Développer ses compétences

Chargé de projet chez Dessau, l’ingénieur Patrick Brousseau voit également à ce que ses protégés développent des habiletés en lien avec les six grandes compétences propres à la pratique de l’ingénierie. « Par exemple, pour m’assurer que l’ingénieur junior sait résoudre des problèmes faisant appel aux sciences appliquées, je scrute à la loupe ses notes de calculs, illustre-t-il. Pour être certain qu’il communique efficacement, j’observe de quelle façon il interagit avec moi, ses collègues de travail et nos clients. L’ingénieur junior doit apprendre à faire sa place, sans trop s’imposer. Et pour assumer son statut, il doit pouvoir observer une certaine neutralité face aux intérêts financiers ou autres des clients ou des entrepreneurs impliqués dans le projet. »

Mission accomplie

Comment le superviseur détermine-t-il que vous êtes prêt à devenir ingénieur? «Je le perçois lorsque l’ingénieur junior devient plus autonome, est capable d’assumer ses responsabilités et fait preuve d’initiative, résume Patrick Brousseau. Comme superviseur, il arrive un moment où je n’ai plus à le tenir par la main. Quand je lui explique les grandes lignes d’un projet, il sait se débrouiller seul. Puis lorsqu’il vient me montrer le fruit de son travail, il n’y a pas grand-chose à redire.»

En clair, après son juniorat, l’ingénieur junior est habituellement prêt à voler de ses propres ailes. C’est toutefois l’Ordre qui tranchera.