Index

3.2 Juniorat – Un apprentissage sur le terrain

Ingénieur en génie civil en hydraulique fluviale, Nicolas Guillemette a profité de son juniorat pour plonger dans la réalité.

Nicolas Guillemette scrute les cours d’eau. Grâce à des logiciels, cet ingénieur peut non seulement simuler le cours d’une rivière, mais aussi prévoir son comportement en cas d’événements météo exceptionnels. Objectif? «Émettre des recommandations techniques pour la conception d’ouvrages comme des ponts, des barrages, des ponceaux, etc.», explique-t-il.

Durant les premiers mois de son juniorat, à la firme de génie-conseil GENIVAR, il a surtout appris à utiliser les logiciels de modélisation. Un apprentissage qui s’est fait en collaboration étroite avec son superviseur. «Ce dernier vérifiait notamment que les données étaient utilisées correctement et que les bonnes requêtes étaient effectuées pour que le modèle se rapproche le plus possible de la réalité», raconte-t-il.

Au-delà des chiffres

Ensuite, Nicolas Guillemette s’est attaqué à l’art de faire parler les chiffres. «Il faut apprendre à interpréter les résultats pour ensuite les transmettre par écrit, sous forme de rapport avec des tableaux et des recommandations.»

Pendant son juniorat, il a été supervisé non seulement par son patron, mais également par les ingénieurs chargés de projet avec qui il collaborait. Il y avait donc toujours quelqu’un pour répondre à ses questions. «Le suivi s’est relâché au fil du temps, mais il y a toujours eu une vérification de mes résultats et de mes rapports pour s’assurer que mes recommandations tenaient la route, ainsi que pour ajouter des commentaires ou des corrections avant de les envoyer au client.» Son juniorat terminé, il continue d’évoluer chez GENIVAR.