Index

1.7 En cas de doute, validez!

Vous n’êtes pas certain que l’expérience que vous allez accumuler répond bien aux critères de l’Ordre? Pour éviter les ennuis, il vaut mieux clarifier la situation sans délai.

Ça va de soi, l’expérience professionnelle que vous accumulez afin d’obtenir votre permis d’ingénieur doit être en lien avec votre domaine d’études en génie. Si vous êtes sûr que c’est le cas, vous éviterez de mauvaises surprises au moment de la faire certifier auprès de l’Ordre. De plus, cette expérience doit être réalisée sous la direction et la surveillance immédiates d’un ingénieur qui attestera la description de vos tâches en génie.

Un calcul précis!

«Il est fréquent, en début de carrière, qu’on vous demande de faire plus de gestion administrative et un peu moins de conception et d’analyse en ingénierie», met en garde Valérie Tremblay, ing. Afin d’obtenir la reconnaissance de toutes vos périodes de travail (un ou plusieurs emplois), assurez-vous que les tâches que vous réalisez sont directement reliées au domaine du génie. Si certaines de vos tâches sont qualifiées de non conformes par l’Ordre, vous aurez alors à acquérir cette expérience manquante avant de pouvoir obtenir votre titre. L’ingénieur qui vous assigne les tâches a un rôle important à jouer en vous guidant bien vers le but : le permis d’ingénieur. En cas de doute, mieux vaut s’informer à ce sujet auprès du Service de soutien aux nouveaux membres de l’Ordre.

Par ailleurs, si vous avez déjà un emploi à temps partiel, cette expérience n’est pas perdue pourvu qu’elle soit en lien avec un domaine du génie. Le nombre moyen de vos heures travaillées chaque semaine sera calculé, puis converti en mois afin d’être ajouté à votre expérience professionnelle.

Le décompte est terminé? Vous êtes fin prêt à faire valoir vos expériences et à demander votre permis et par la suite votre sceau d’ingénieur.